Parution du rapport sur la Roya (Chemin de fer)

  • Culture scientifique
Publié le 19 décembre 2023 Mis à jour le 19 décembre 2023
Date(s)

le 11 décembre 2023

Par le Professeur Philippe Weckel, CERDACFF, directeur du Programme DITER

Un rapport DITER sur le chemin de fer de la Roya ou « train des Merveilles » vient compléter le premier qui est consacré à l’état des lieux dans le dossier de la gestion de l’eau dans la vallée de la Roya. Mobilités et gestion de l’eau sont considérées comme des préoccupations prioritaires de la coopération italo-française de proximité et ils figurent à ce titre dans le programme pluriannuel de travail adopté par le Comité frontalier le 31 octobre dernier.

Les deux dossiers DITER ont été réunis en un seul document et cette compilation fait mieux comprendre par l’étude de cas l’objet précis du Traité du Quirinal. Si ce dernier pouvait contribuer à donner un nouvel élan à la coopération territoriale italo-française on s’en féliciterait, mais tel n’est pas l’objet de cet accord international. Celui-ci a pour objet de favoriser l’intégration des bassins de vie transfrontaliers. Ces espaces sont caractérisés par leur continuité à travers la frontière. Il s’agit aussi d’espaces ouverts qui n’ont pas de limite tranchée sur le territoire des États. La Roya est un bassin de vie transfrontalier remarquable.

En tant que fleuve international la Roya est un objet naturel de la coopération transfrontalière franco-italienne. Le « chemin de fer de la Roya » est une œuvre collective, monumentale, historique et unique de la coopération transfrontalière franco-italienne, un défi collectif à la montagne. Le fleuve et le chemin de fer sont l’un et l’autre des biens communs à l’Italie et à la France. Le système ferroviaire de la Roya est une œuvre majeure du patrimoine culturel matériel franco-italien. Entre l’émergence de l’idée et l’entrée en service cinquante ans se sont écoulées. Pour y parvenir bien des prouesses techniques ont été nécessaires et des vies ont été sacrifiées sur les chantiers. Les voies ferrées ont subi les ravages de la guerre et les ouvrages ont été reconstruits. Il est nécessaire de valoriser aujourd’hui cet élément du patrimoine historique. On le rendra ainsi pleinement à sa destination initiale : le développement des populations des Alpes du Sud. Le « train des Merveilles » a vocation à être inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO
Professeur Philippe Weckel, CERDACFF, directeur du Programme DITER
Décembre 2023

 / 1