Accueil du colloque annuel de l’Association Française pour la recherche en Droit Administratif (AFDA)

  • Recherche
Publié le 13 juin 2024 Mis à jour le 24 juin 2024
Date(s)

le 10 juin 2024

Lieu(x)

Campus Trotabas

Les 6 et 7 juin 2024, l’Université Côte d’Azur a accueilli à la Faculté de droit et science politique, au sein de son laboratoire de droit public, le CERDACFF, le colloque annuel de l’Association Française pour la recherche en Droit Administratif (AFDA), précédé le 5 juin du « Printemps de la Jeune recherche ».

Ces journées organisées par l’AFDA et par le Centre d’études et de recherche en droit administratif, constitutionnel, financier et fiscal (CERDACFF) avec le concours de la Faculté de droit et science politique de l’Université Côte d’Azur ont permis d’étudier les enjeux de la police administrative.

En ouverture du colloque, le quinzième « Printemps de la recherche », présidé par le Professeur Renaud Bourget s’est tenu le 5 juin après-midi. Après les propos introductifs de la Professeure Delphine Costa, il a permis d’entendre trois communications portant sur un aspect significatif du droit administratif en lien avec l’année 1984, dont celle de Jean Roos, docteur en droit et membre du CERDACFF.

Portant sur le thème de « La police administrative », le colloque annuel de l’AFDA (6 et 7 juin 2024) a été ouvert par les professeurs Xavier Latour, Doyen de la Faculté de droit et science politique de Nice, Pauline Türk, directrice du Centre d’études et de recherche en droit administratif, constitutionnel, financier et fiscale (CERDACFF) et Pascale Idoux, Présidente de l’Association Française pour le recherche en Droit Administratif (AFDA).

Ces deux journées ont porté en premier lieu sur l’enrichissement des procédés : « La diversification des actes » (sous la présidence de la Professeure Pascale Idoux) et « L’évolution des ressources » (sous la présidence de la Professeure Florence Crouzatier-Durand), puis sur la complexification du rapport à la légalité : « Le brouillage du cadre juridique de la police » (sous la présidence du Professeur Christian Vallar) et « Les difficultés de la protection juridictionnelle des libertés » (sous la présidence du Professeur Marc Guerrini).

Les débats ont été enrichis par les contributions et les discussions des participants, universitaires, doctorants, étudiants venus de toute la France pour apporteur leurs éclairages, leurs points de vue de spécialistes et faire part de leurs réflexions sur le sujet.

Avec le soutien de : Département des Alpes-Maritimes, Ville de Nice, l’EUR LexSociété et des Masters de droit public (MII Droit et procédures fiscales de l’entreprise, Droit et contentieux publics approfondis, Sécurité intérieure, Droit de l’immobilier et de l’urbanisme)